Petits SUV

Les votes sont clos.
Les résultats seront affichés le 17 novembre.

Petits SUV

Ces petits SUV du segment B, d’une longueur tournant autour de 4,15 - 4,30 m, s’ils se vendent en général plus chers que les petites citadines dont ils sont issus, sont aussi et souvent plus pratiques sans pour autant perdre l’avantage de la compacité. Une position de conduite plus haute qui facilite l’accès à bord, généralement plus de place du fait d’une garde au toit accrue, parfois plus de fonctionnalité grâce à une banquette coulissante et/ou un coffre plus grand et un look qui s’inscrit pleinement dans la tendance du moment; leurs avantages sont nombreux. Et on pourrait même y ajouter une garde au sol accrue, toujours bienvenue dans le cadre d’une utilisation sur un réseau routier en piteux état. Pas étonnant donc que les constructeurs s’y ruent en masse. Bref, s’ils sont compacts, ces petits SUV sont aussi souvent très malins. Le segment se développe aussi par l’incursion de quelques variantes «coupés-SUV», pour faire comme les grands, à l’instar des Renault Arkana et future VW Taigo.

Les nominés

1Ford Puma

Le Puma, c’est le vainqueur de sa catégorie de l’édition précédente des Best Car Awards. Et cette fois encore, il fait l’unanimité au sein de notre rédaction à en croire les votes exprimés. Du coup, il fait à nouveau partie de notre Top 5 dans cette catégorie. Il faut dire que dans ses 4,18 m de long, il concentre beaucoup d’atouts, à commencer par un vrai plaisir de conduire, chose rare dans la catégorie. Et si son habitabilité ne bat aucun record, elle s’avère suffisante pour une famille de 4 personnes, avec une mention pour le coffre dont le volume atteint la valeur respectable de 456 litres (54 litres de moins pour les versions micro-hybrides MHEV) avec, sous le plancher, un espace de rangement baptisé Megabox qui s’avère facile à nettoyer au jet puisque doté d’un bouchon de vidange. Depuis l’an passé, la palette des motorisations s’est enrichie d’une version ST de 200 ch, animée par le 1.5 3 cylindres Ecoboost de la Fiesta du même nom. Et la greffe est réussie au point de faire de ce Puma ST le plus sportif des SUV de ce segment.

2Opel Mokka

Ce nouveau SUV Opel repose logiquement sur des fondations françaises, en l’occurrence la plateforme qui sert aussi à la Peugeot 2008 et à la DS 3 Crossback. C’est logique d’un point de vue industriel et pourtant les designers maison ont réussi à lui donner une ligne à part, bien à lui, avec cette calandre «Opel Vizor» appelée à se généraliser dans le reste de la gamme, y compris dans l’imminente Astra. Avec ses 4,15 m (soit 15 cm de moins que le 2008), il s’inscrit pleinement dans son segment et présente l’avantage de posséder un tableau de bord traditionnel, ergonomique, quoique très numérisé, moins déroutant que l’i-Cockpit du 2008. Les moteurs sont aussi d’origine française. On retrouve le 1.2 turbo 3 cylindres à essence en 100 ou 130 ch (celui-ci pouvant recevoir une boîte automatique à 8 rapports) et le 1.5 Diesel de 110 ch. Une version 100% électrique existe par ailleurs (voir notre catégorie «électrique»). Son rapport prix/équipement est une de ses qualités, complétées d’un prix des options très modeste. Les possibilités de personnalisation sont aussi fort nombreuses.

3Peugeot 2008

Le précédent 2008 était un véritable bestseller. Son successeur, présenté fin 2019, a tout fait depuis pour perpétuer cette success story. À côté d’un look distinctif, le 2008 peut mettre en avant des dimensions plus importantes puisqu’il mesure désormais 4,31 m, ce qui le rapproche de véhicules de la catégorie supérieure. Mais c’est au service de l’habitabilité: sur ce point, il figure parmi les meilleurs de la catégorie. Le coffre ne déçoit pas, grâce à ses 405 litres. Le poste de conduite s’avère bien fini, mais l’ergonomie de l’i-Cockpit ne conviendra pas à tout le monde. Par rapport à ses concurrents, ce 2008 est assez onéreux, surtout quand on considère son équipement de série. Côté moteurs, il existe une variante 100% électrique (e-2008), mais aussi deux versions Diesel 1.5 BlueHDi (110 ou 130 ch). En essence, le 1.2 PureTech se décline en 100, 130 ou 155 ch, cette dernière d’office en automatique. Quel que soit le moteur, ce SUV se montre particulièrement agréable à conduire, avec un châssis qui réalise un très heureux équilibre entre confort et comportement dynamique.

4Renault Captur

Lancé à l’automne 2019, le Captur de deuxième génération a bien mûri. Il atteint désormais 4,23 m, mais n’est toujours pas un exemple d’habitabilité arrière, malgré la banquette coulissante qui permet de faire passer le coffre de 395 à 536 litres. À l’avant, la qualité perçue est en net progrès, avec des matériaux de qualité et une finition soignée. Le Captur est confortable et bien suspendu. Il peut compter sur des motorisations modernes, même si au courant de l’année, le Diesel a discrètement disparu du catalogue. Désormais, on retrouve donc deux moteurs à essence, le TCe 90 et le TCe 140, ce dernier pouvant être pourvu de la boîte automatique EDC. 2021 a aussi vu apparaître une inédite version hybride rechargeable, fait unique sur le segment. Mais si elle a sa raison d’être auprès d’un public professionnel, le particulier n’a aucune chance d’amortir un jour son surcoût à l’achat. Le particulier sera peut-être plus intéressé par la version au LPG (TCe 100), qui n’exige qu’un surcoût d’environ 1.000 € par rapport au TCe 90 à finition identique.

5Skoda Kamiq

Ce Kamiq, très proche des Seat Arona et Volkswagen T-Cross, est le plus compact des SUV Skoda, en dessous des Karoq et Kodiaq/Enyaq iV. Mais il utilise au maximum les ressources de la plateforme MQB A0 pour s’étirer sur 4,24 m. Grâce à un empattement de 2,65 m, les passagers profitent d’un espace très généreux et d’un habitacle aux multiples astuces pratiques qui facilitent agréablement la vie au quotidien. Le tableau de bord adopte une interface moderne qui brille par son ergonomie. Mais attention: si l’on veut profiter de tous les raffinements, il faudra passer par les options et le prix pourra s’envoler. Les motorisations sont connues chez d’autres produits du groupe: 1.0 TSI (95 ou 110 ch) et 1.5 TSI (150 ch, boîte manuelle 6 ou automatique 7 en option). Le 1.6 TDI a cependant été retiré du tarif, et il n’y a donc plus de Diesel au catalogue. Le 1.0 TSI se décline aussi dans une version CNG (gaz naturel) de 90 ch. Tous les Kamiq roulent agréablement, avec un comportement pas particulièrement incisif (ce n’est pas grave...), mais rassurant et prévisible.

Les catégories