Grandes berlines

Jours

Heures

Minutes

Grandes berlines

Dans un segment essentiellement orienté vers le marché fleet, disposer d’une motorisation hybride rechargeable apparaît comme incontournable pour des raisons fiscales et de déductibilité. Paradoxe: il est orienté vers les gros rouleurs, les longues distances, ce que n’aime pas... une hybride rechargeable, qui a besoin d’être rechargée dès que possible! Vous avez dit bizarre?

Les nominés

1Kia Stinger

La Kia Stinger GT est un OVNI dans un environnement automobile qui laisse peu de place aux originaux. Et pourtant, notre rédaction est tombée sous le charme de cette grande et belle berline de 4,83 m aux allures de coupé et à l’équipement de série pléthorique. Et comme elle roule plutôt bien, elle a fini par nous séduire. Nul doute pourtant qu’elle aura des difficultés à imposer ses qualités dans le marché fleet du fait de sa valeur résiduelle qui risque de peser sur ses mensualités, ainsi que par ses rejets de CO2 de 247 g/km (WLTP) qui la handicapent fiscalement. Mais hormis ceci, et de façon objective, quelle agréable voiture! Son 3.3 V6 à essence non hybridé développe 366 ch transmis aux 4 roues. Et son équipement de série se montre d’une richesse inouïe; c’est du all-in! Les seules options concernent la peinture métallisée, le toit ouvrant électrique, le cuir Nappa rouge (300€!, c’est donné) ou noir (500 €!). Tout le reste est compris. Bref, vous cherchez une voiture haut de gamme qui ne ressemble à nulle autre: cette Stinger est faite pour vous!

Voter

2BMW Série 5

Dans la gamme Série 5, tous les moteurs sont des micro-hybrides équipés d’un petit moteur électrique pour donner un léger coup de boost à l’accélération, voire pour soulager le thermique et lui faire gagner quelques grammes de CO2. Pour une optimisation fiscale, on s’intéressera à la 530e hybride rechargeable (292 ch combinés et 1,3 à 1,7 g/km de CO2), dont l’autonomie électrique varie de 54 à 61 km selon le cycle WLTP. Mais cela se paye au plan pratique, avec un volume de coffre réduit de 520 à 410 litres. Les amateurs de mécaniques puissantes trouveront toujours leur bonheur dans la large palette des motorisations, le nec plus ultra étant la M5 (625 ch, voire 635 en version CS!). À l’exception de cette dernière, la Série 5 n’est plus le grand jouet qu’elle était naguère: bien qu’elle possède toujours un caractère dynamique (à condition toutefois de retenir les options adéquates...), cette berline de 4,94 m mise beaucoup plus sur le confort et le raffinement intérieur. Les amateurs de connectivité à la page et de gadgets technologiques seront également servis.

Voter

3Mercedes Classe E

Avec les Audi A6 et BMW Série 5, la Mercedes Classe E est l’archétype de la grande routière. La carrière de la berline 4 portes et du break est à peu près similaire à celle de la Série 5. Depuis son dernier lifting l’an dernier, destiné à en renforcer le caractère high tech, la Classe E s’est remise très efficacement dans la course. La conduite semi-autonome est devenue plus intelligente et est capable de faire face à davantage de situations. Pour le reste, la Classe E demeure, comme ses devancières avant elle, une mangeuse de kilomètres particulièrement confortable, surtout avec la suspension pneumatique (en option). La palette des motorisations a de quoi répondre à toutes les attentes: elle va des 4-cylindres à essence et Diesel relativement modestes à des mécaniques AMG de 457 ch (53) à 612 ch (63 S)! Plus pertinentes sur le plan fiscal, les hybrides rechargeables existent aussi bien en essence (211 + 122 ch, 34 g/km de CO2) qu’en Diesel (194 + 122 ch, 33 g/km). Mais dans les deux cas, le coffre amputé d’une part de sa capacité s’avère peu pratique...

Voter

4Skoda Superb

La Superb, longue de 4,86 m, a tout à fait sa place dans cette catégorie. Aux hésitants, on ne peut que conseiller de jeter un œil à l’intérieur: l’habitabilité arrière est sans égale sur le marché, à moins de considérer des limousines beaucoup plus coûteuses. Le coffre est à l’avenant: accessible par un grand hayon, sur la berline comme sur le break Combi, il propose un volume gigantesque de 625 litres. Voilà qui ménage pas mal de marge pour intégrer la batterie: même la très intéressante hybride rechargeable 1.4 TSI iV (218 ch et 23 g/km de CO2), dont l’autonomie électrique peut atteindre 63 km (WLTP), peut encore avaler 485 litres de bagages! Si l’on préfère des moteurs classiques, on a le choix entre toute une série de blocs éprouvés du groupe VW, dont essentiellement les 1.5 TSI de 150 ch et 2.0 TSI de 190 ou 280 ch, ainsi que le 2.0 TDI en 150 ou 190 ch. Pour une Skoda, la Superb n’est pas donnée, mais par rapport aux marques premiums, les tarifs sont nettement moins dissuasifs. À noter que l’hybride rechargeable est disponible tant sur la berline que sur le break.

Voter

5Volvo S90

Avec ses 4,96 m, la Volvo S90 est l’une des plus longues de la catégorie. Heureusement que cette Suédoise met utilement à profit son grand gabarit: l’habitabilité y est généreuse, à l’avant comme à l’arrière. Le tableau de bord, très sobre, est analogue à ce qu’on trouve sur les autres Volvo avec une interface centrale qui fait appel à un écran tactile dont le maniement rappelle celui d’un smartphone. Volvo a bâti sa réputation sur la sécurité et la S90 propose toute une série d’aides à la conduite, mais les fonctions semi-autonomes souffrent d’un fonctionnement parfois capricieux. Le châssis accorde beaucoup d’attention au confort, mais sans être pour autant responsable d’un comportement pataud. La palette des motorisations s’est considérablement simplifiée puisqu’elle ne compte plus qu’une version B4 à essence micro-hybride (incapable donc d’avancer sur l’électrique seul) forte de 197 ch (154 g/km de CO2 en WLTP, 149 en NEDC) et la T8 AWD hybride rechargeable de 390 ch combinés, capable d’effectuer 59 km en mode électrique (43 g/km en WLTP, 38 en NEDC).

Voter

Les catégories