Grandes Électriques

Jours

Heures

Minutes

Grandes Électriques

Voici le domaine des grands rayons d’action grâce à de généreuses batteries. On y parle d’autonomie de 400, voire 500 km, ce qui commence à faire sauter un verrou traditionnel qui colle à la peau des VE comme un sparadrap. L’offre y est très diversifiée et la notion de performances omniprésente. Qui aurait cru cela il y a encore 5 ans, quand Tesla jouait tout seul dans sa cour de récréation? Aujourd’hui, même les marques qui se disaient les plus réfractaires à la chose électrique n’ont d’autre choix que de s’y mettre, contraintes et forcées par une réglementation environnementale qui se durcit d’année en année. L’Américain est encore fort présent dans notre sélection, preuve de sa mainmise sur un secteur en plein développement. Certains vont jusqu’à créer une marque de toute pièce pour signifier leur différence, comme Hyundai qui crée Ioniq pour désigner sa gamme de futurs modèles électriques. Le premier de la lignée n’est autre que le très beau (avis personnel) Ioniq 5. Mais d’autres ressuscitent des appellations mythiques pour tenter de faire passer la pilule. Une Mustang, dénommée Mach-E, est ainsi 100% électrique. Qu’en aurait pensé Steve McQueen?

Les nominés

1Ford Mustang Mach-e

La Mustang électrique a débarqué chez nous début 2021. En dehors de quelques éléments de style, ce modèle n’a rien en commun avec la pony car éponyme. Il s’agit d’un SUV-coupé de 4,71 m de long. À bord, un écran vertical de 15,5’’ contrôle un système multimédia hyper connecté, mais certains plastiques déçoivent. L’habitabilité arrière est généreuse, mais la banquette est assez dure et le coffre affiche un volume de seulement 402 litres. Les câbles de recharge peuvent heureusement être rangés dans le coffre avant de 100 litres. Le modèle est proposé en versions propulsions de 269 ch (batterie de 76 kWh, autonomie WLTP de 440 km) et 294 ch (99 kWh, 610 km) ou à transmission intégrale de 269 ch (76 kWh, 400 km), 351 ch (99 kWh, 540 km) et GT de 487 ch (99 kWh, 500 km). La batterie se charge via un transformateur triphasé de 11 kW ou sur courant continu (max. 150 kW). Cette Mustang à pile sait se faire rapide, mais le comportement manque de linéarité à la limite, la direction et les freins sont peu informatifs et le train arrière est sautillant.

Voter

2Polestar 2

Polestar est la plus récente création du groupe chinois Geely et est la marque sœur de Volvo. La Polestar 2 utilise donc la plateforme du SUV Volvo XC40. Longue de 4,60 m, cette berline à hayon se pose en concurrente de la Tesla Model 3, mais souffre d’un coffre de 405 litres seulement. Elle est proposée en trois versions: 224 ch et batterie de 64 kWh (440 km d’autonomie annoncée), 231 ch et batterie de 78 kWh (540 km d’autonomie) et Dual Motor 408 ch avec batterie de 78 kWh (480 km d’autonomie). Les deux variantes d’entrée de gamme ne poussent pas super fort, mais affichent déjà une tenue de route dynamique. L’habitacle, assez sombre, utilise uniquement des matériaux «véganes» pour ce qui est de l’habillage et l’interface central tourne entièrement sur Google Android. La Polestar 2 n’est pas donnée, mais offre un équipement complet. Le chargeur interne est de type triphasé (11 kW). Avec du courant continu, la Polestar peut se recharger jusqu’à 116 kW (petite batterie) ou 150 kW (grosse batterie).

Voter

3Hyundai Ioniq 5

Membre du groupe Hyundai, cette Ioniq 5 a été dessinée sous la direction de notre compatriote Luc Donckerwolke. Si ses proportions la font passer en photo pour une compacte, cette Coréenne mesure 4,63 mètres et affiche presque le gabarit d’une Ford Mustang Mach-e... À bord, on plonge dans une ambiance zen, avec un mobilier épuré. L’habitabilité arrière est très généreuse et on trouve même une banquette coulissante et inclinable. La soute arrière est vaste (531 l) et on trouve aussi un petit coffre à l’avant. La «5» est proposée en trois versions: 170 ch (propulsion avec batterie de 58 kWh), 218 ch (propulsion avec batterie de 73 kWh) ou 305 ch (deux moteurs, transmission intégrale et batterie de 73 kWh). Le constructeur annonce une autonomie WLTP allant de 384 à 481 kilomètres selon la version. La voiture embarque un chargeur triphasé de 11 kW et peut se recharger jusqu’à 220 kW en courant continu! Au volant, on est apaisé et on n’a donc pas envie de se presser. Mais on ne s’ennuie jamais. Seule la suspension nerveuse peut agacer.

Voter

4Tesla Model 3

La «petite» berline de Tesla mesure tout de même 4,69 m, ce qui est comparable à une Série 3 ou à une Classe C. À bord, tous les occupants bénéficient d’un espace plus que suffisant, mais le coffre souffre d’une capacité de seulement 425 litres et d’un accès difficile. Malgré sa lunette arrière inclinée, la Model 3 n’est en effet pas une 5 portes, mais bien une 4 portes à coffre séparé. Le tableau de bord se montre encore plus épuré et sobre que celui de la Model S, avec une grande interface façon tablette au niveau de la console centrale qui est le centre nerveux de la voiture. La gamme comporte 3 versions. La Standard Range Plus à roues arrière motrices est équipée d’un moteur de 325 ch et promet une autonomie WLTP de 448 km, ce qui n’est déjà pas mal. Ensuite vient la Long Range (476 ch, 614 km). Au sommet de l’offre trône la Performance (490 ch, 567 km). Mais toutes les Model 3 font preuve d’une tenue de route remarquable grâce à leur répartition des masses idéale: en courbe, on est sur des rails, car bien positionnée, la batterie abaisse le centre de gravité!

Voter

5Skoda Enyaq iV

C’est la cousine de la VW ID.4 et de la plus chique Audi Q4 e-Tron. Les trois modèles partagent leur plateforme et leurs ensembles moteur/batterie. Mais chacun veut cultiver sa personnalité propre à bord. Ici, on trouve un intérieur classique et de bonne facture. Les rangements sont nombreux, l’habitabilité arrière impériale et le coffre très généreux (585 l). Rien à redire concernant la tenue de route et le confort, efficaces et conformes à l’esprit familial du modèle. Le constructeur propose deux batteries: 58 kWh nets (179 ch propulsion, autonomie WLTP jusqu’à 411 km) ou 77 kWh nets (204 ch propulsion ou 265 ch bimoteur à transmission intégrale, autonomies respectives de 534 ou 496 km). La voiture intègre dans tous les cas un chargeur AC triphasé de 11 kW. En courant continu (DC), le modèle n’accepte de série que 50 kW maximum. Il faut payer un supplément pour pouvoir charger à 100 ou 125 kW. Idem pour le câble pour prise domestique. Le tarif de base grimpe vite au gré des nombreuses options. Eh non, Skoda n’est plus une marque bon marché...

Voter

Les catégories